Tout se joue dans le préau de l’école

Au centre de loisirs, 15 minutes passées à observer un collectif de jeunes enfants en plein jeu du cerceau avec leur animatrice. Le concept de la chaise musicale, mais avec des cerceaux posés au sol dans lequel il faut être le premier à sauter quand la musique s’arrête. Le plus chétif que les autres, plus lent aussi, toujours le dernier, toujours sans cerceau. Cette petite fille qui au bout d’un temps vient lui prendre la main pour qu’il court avec les autres. Ce même plus petit galvanisé par cette aide inattendue, apprenant les règles avec une célérité inattendue, et réussissant à prendre possession d’un cerceau le premier. Fierté immense dans ses yeux. Cet autre garçon qui observe sans bouger le manège de ses petits camarades, pour finalement trouver l’astuce que les autres n’ont pas cherché : rester à côté d’un cerceau vide et attendre que la musique s’arrête… L’alliance de ces deux petites filles qui comprenant qu’elles ne prendront pas les garçons de vitesse, trouvent d’autres moyens de gagner en prenant un cerceau à tour de rôle, pendant que l’autre fait barrage… L’humanité en miniature, avec ses travers, ses jolis gestes, son intelligence si diverse, dans un jeu collectif qui en rappelle finalement beaucoup d’autres, où il est finalement toujours question de la même chose : trouver sa place et la meilleure stratégie pour y parvenir.